Tribunes de l'opposition

Printemps mantais

Audrey Hallier, Guillaume Quévarec
 

 

UN BUDGET PAS À LA HAUTEUR

Le budget 2023 ne nous parait pas à la hauteur des enjeux, ni des besoins des Mantais. Nous proposons une autre priorisation, dans 3 directions :
•    Solidarité / social :  les problèmes sociaux restent très élevés et inquiétants. Les foyers mantais sont plus défavorisés qu’ailleurs, avec un taux de chômage important. Les familles monoparentales sont en hausse (23% de la population mantaise !). Nous demandons d’augmenter significativement les moyens du CCAS. Car c’est maintenant que les Mantais en ont besoin, entre l’inflation, les prix de l’énergie et de l’alimentation et la hausse de la taxe foncière.
•     Ecole/éducation : nous proposons de lancer une grande concertation pour élaborer un nouveau projet éducatif communal, novateur et ambitieux. Il ne faut pas tout attendre du dispositif cité éducative, dont les résultats sont contestés. Il faut augmenter le budget alloué à chaque école, au moins au niveau de l’inflation.

Enfin, il y a un manque criant d’animateurs, de personnels. 

•     Transition/environnement : les rapports montrent que c’est dans cette décennie qu’il faut absolument agir, sinon, il sera trop tard. A Mantes, on ne fait que du saupoudrage. Il est impératif d’accélérer la rénovation des bâtiments et développer les énergies renouvelables. Il faut être ambitieux et demander aux promoteurs d’aller au delà des normes. Cela peut passer par une charte d’aménagement, comme le font de nombreuses collectivités.

Rejoignez-nous : www.printemps-mantais.org ; 
E-mail : contact@printemps-mantais.org 

Janvier 2023

TRANSPORTS DÉGRADÉS : STOP LA GALÈRE !

Le Conseil Régional et le Conseil Départemental sont chargés de la mobilité, au sein d’Ile-de-France Mobilités. Ils sont responsables de la dégradation continue des transports, particulièrement à Mantes la Jolie. Il est devenu quasi impossible d’arriver à l’heure à son travail, à l’école ou à un rdv et il est courant d’attendre des bus ou des trains qui ne passeront pas.
Celles et ceux qui habitent ou travaillent à Mantes doivent pouvoir voyager dans de bonnes conditions et que leur ville et leurs quartiers continuent d’être desservis. Face à l’urgence climatique et sociale, nous savons qu’il est indispensable de développer une alternative publique à la voiture, de décarboner nos transports pour préserver la planète.
Dans cet objectif, rien n’empêche de procéder au gel du tarif du pass Navigo et à la gratuité du pass Imagin’R pour tous les jeunes. Les Mantais.es ont besoin d’un réseau de train rénové et suffisant et du rétablissement des directs pour Paris-Saint-Lazare ainsi que du maillage de Mantes renforcé pour les bus, de l’augmentation de la fréquence et de l’amplitude horaire, de même que de la création d’un réseau cyclable et piétonnier sécurisé partout à Mantes. Nous appelons les Mantais.es à se joindre à nous pour pousser la majorité municipale à élaborer un plan communal de mobilité, associant habitant.e.s, associations, entreprises et salarié.e.s, en concertation avec Ile-de-France Mobilités.

Rejoignez-nous : www.printemps-mantais.org ; 
E-mail : contact@printemps-mantais.org 

Décembre 2022

MAUVAISES GESTIONS = HAUSSE DES IMPÔTS !

À GPSEO ou à la mairie, la droite mantaise a multiplié fautes de gestion et petits arrangements entre amis dont nous payons tous le prix.
Les Mantais ont reçu leur taxe foncière…et l’addition est TRES lourde…
Pourtant, il avait été juré, promis à la création de la Communauté Urbaine (CU) qu’il n’y aurait pas d’augmentation d’impôt. Que s’est-il donc passé ?
Il y a eu des manœuvres malhonnêtes mises à jour par la Chambre Régionale des Comptes. Elle a écrit que les comptes annuels de GPS&O étaient insincères depuis le début. La CU a enregistré des recettes qui n’avaient aucun fondement ceci afin de présenter des comptes à l’équilibre… et les faire voter !
La CRC a aussi pointé que GPS&O n’assumait pas directement nombre des compétences qu’elle s’était attribuées. Ce qui a évidemment entraîné le recours très onéreux à des prestataires.
Ce fonctionnement a été créé, soutenu ou cautionné par les principaux élus des 2 listes de droite mantaises, aujourd’hui en guerre ouverte… Ne l’oublions pas. JL Santini et R Cognet étaient membres de l’exécutif, président ou vice-président…
Du coup, pour sauver et maintenir le bateau ivre de fonds publics, les élus de la CU ont décidé d’augmenter lourdement la taxe foncière.
Cette hausse est injuste et insupportable dans le contexte très difficile que nous vivons avec une inflation autour de 6%, des dépenses d’énergie qui explosent.
L’immense paquebot GPSEO semble sans capitaine, sans gouvernail et sans moyens, coupé des réalités de terrain et des habitants-contribuables… Le constat est TRES inquiétant.

Novembre 2022

MERCI ET AU TRAVAIL !

Dans cette 1ère tribune, nous tenons à remercier les Mantaises et Mantais qui ont voté pour le Printemps mantais. Ce rassemblement de la gauche sociale et écologiste a mené campagne autour des priorités données à la jeunesse et à l’éducation, au cadre de vie et à l’environnement.

Mais aussi autour de principes qui devraient guider l’action municipale :  justice sociale, solidarité, transparence, honnêteté et respect absolu des règles et des personnes. Notre groupe d’opposition aurait eu besoin de plus de deux conseillers municipaux pour mener à bien un travail de vigilance et de propositions au service des Mantais.e.s Nous espérions mieux, mais pour de très nombreux habitants, de gauche ou non, cette élection a été l’occasion de mettre fin à un système discrédité. Oui il faut rétablir des relations humaines et sociales apaisées, ne plus imposer des décisions d’en haut, sans concertation.

Aussi bien pour le per-sonnel municipal que pour les habitants et les as-sociations. Nous serons vigilants concernant deux promesses du Maire, que nous proposions également : audit complet et transparent sur la situation financière de la ville, arrêt de la bétonisation de notre ville et de la toute-puissance des promoteurs, pour que Mantes garde son cadre de vie agréable et à taille humaine. Cela vaut notamment pour le projet prévu rue Castor. N’hésitez pas à nous solliciter et nous soutenir dans ce travail de veille citoyenne.

Octobre 2022

Mantes Unie pour l’Avenir

Jean-Luc Santini, Carole Philippe, Christel Dubois, Elvis Lefevre, Hayet Morillon, Amadou Talla Daff, Véronique Tshimanga

 

POUR LE CAGIBI, ON NE VOUS DIT PAS MERCI !

De la parole aux actes, il y a souvent chez le Maire, de la distance. Un abime même. Le 19 décembre dernier, Edwige Hervieux nous écrivait : ‘‘ Je veux que vous ayez les moyens de travailler dans de bonnes conditions ‘‘. Nous nous sommes retenus pour ne pas éclater de rire et nous aurions eu raison de le faire. La traduction concrète de ses apparentes bonnes intentions est édifiante ! Nous voilà cantonnés dans un cagibi qui servait encore récemment de débarras. Un lieu exigu dépourvu de fenêtre donnant sur le hall, la lumière arrivant par une baie vitrée dépolie. Cerise sur le gâteau, un bureau, deux petites tables et cinq chaises pour sept élus équipent le lieu. Contrairement à ce que nous écrit la candidate malheureuse aux dernières élections législatives, il ne s’agit pas de permettre à l’opposition d’être mieux lotie mais bel et bien de lui interdire par des moyens détournés l’accès aux étages et de contrôler sa présence et ses déplacements dans l’hôtel-de-ville. Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre ! Que craint le maire ? Qu’à travers des échanges informels avec des agents, nous ressentions le malaise palpable chez nombre d’entre eux ? La confirmation que le management mis en place est incompréhensible ? Que la communication a remplacé l’action ?
Cette mesquinerie concernant le déplacement du local de l’opposition est bien le signe d’une fébrilité inquiétante dans la gestion de notre ville.
Nous vous souhaitons une bonne année 2023.

Janvier 2023

FERDINAND BARDAMU À LA SOUPE

La mairie recrute. On l’avait quitté fin juillet, tirant sa révérence après avoir tenu une page Facebook confidentielle et des propos diffamatoires condamné par la justice. On l’imaginait renouant avec son passé de ‘‘ journaliste ‘‘ ou voguant à la barre de son voilier au large des Antilles. Mais voilà que celui qui s’est affublé du pseudonyme de Ferdinand Bardamu, personnage des livres de l’écrivain collaborateur de l’Allemagne nazie Louis-Ferdinand Céline, rebondit à la mairie comme chargé de mission à la culture. Dans le langage populaire ça porte un nom : aller à la soupe. Nous attendons avec une certaine gourmandise que ce défenseur invétéré de la transparence en toute circonstance s’applique à lui-même les principes qu’il a toujours revendiqués en rendant public le montant de son traitement.
Et qu’il continue de désigner la main qui le nourrit comme ‘‘ le ravi de la crèche ‘‘ comme il a pu le faire par le passé tout en faisant l’apologie de son écrivain favori en mairie.
Les économies d’énergie ? Quelles économies ? Prétextant un problème de moquette dans la salle du conseil en mairie, le maire a décidé de réunir le conseil municipal du 28 novembre au gymnase Dantan. Un équipement sportif de plus de 6 000 m2, véritable passoire thermique. Alors que les Mantaises et les Mantais se serrent la ceinture pour boucler leurs factures de chauffage, le maire n’hésite pas à délocaliser cette réunion officielle dans un lieu inadapté. Comprenne qui pourra. 

Décembre 2022

J’AI MAL À MA VILLE 

Propreté négligée, mépris de l’opposition, fermetures des commerces, autant de signaux négatifs pour notre ville qui doivent inquiéter ceux qui ont cru aux belles promesses d’une équipe toute tournée vers le faire-savoir plutôt que le savoir-faire.
PROPRETÉ, A QUAND UN AUDIT ? : L’espace public se dégrade un peu plus chaque jour. La propreté laisse de plus en plus à désirer, le passage de la balayeuse épisodique, les travaux non suivis, la voirie à l’abandon. Peut-être faut-il que le maire décide d’un audit pour mesurer l’ampleur du problème ? A moins qu’en période d’Halloween, il empoigne lui-même le balai, pour la photo !
MÉPRIS DE l’OPPOSITION, ÇA CONTINUE ? : Pas un mois sans un signe concret du mépris affiché pour l’opposition. En juillet, ce sont les convocations qui n’arrivaient pas pour les réunions de commissions, en septembre les notes de synthèses avant le conseil municipal manquaient à l’appel. Et voilà qu’en octobre, la voix de son maître nous réclamait la tribune que vous avez sous les yeux, moins de 24 heures avant le bouclage.
COMMERCE ET CHICHA. En l’espace de quelques semaines, plusieurs enseignes du centre-ville ont fermé leurs portes : Les clients qui fréquentaient Biocoop, Day By Day, Poke Bowl, Camaïeu… ont trouvé portes-closes. La redynamisation du commerce de proximité va accuser le coup. Mais dormez chers Mantais, on s’occupe de tout. Y compris de permettre l’installation de terrasses extérieures pour les bars à chichas.

Novembre 2022

« FAITES CE QUE JE DIS, MAIS NE FAITES PAS CE QUE JE FAIS »

DEROGATION SCOLAIRE : Jugez plutôt, l’encre de la charte de déontologie et d’éthique adoptée en conseil municipal était à peine sèche qu’une élue de sa majorité obtenait du Maire une dérogation lui permettant d’inscrire son enfant dans l’école mantaise de son choix. Dérogation qui lui avait été légitimement refusée par le passé.
TRANSPARENCE : Nous ne manquerons pas de demander des comptes sur les subventions accordées à des associations. Notamment celle dont le président est apparu comme un nouveau supporter du maire pendant la campagne avant d’être mis à contribution pour les festivités du 14 juillet. EXEMPLARITE : En pleine période estivale, alors que les rodéos urbains motorisés semaient le chaos dans de nombreuses villes, provoquant des accidents dramatiques, le maire ne trouvait rien d’autre à faire que d’apparaître sur les réseaux sociaux, au volant d’un karting. Non pas sur un circuit adapté mais sur une pelouse remise en état par les jardiniers de la commune.

EMBAUCHE : Le mercato estival ne concerne pas que les footballeurs. Après avoir été la voix de son futur maître en mettant l’hebdomadaire dont elle assurait la rédaction en chef au service de sa campagne municipale, voilà cette dame qui traverse la rue et se fait embaucher au service communication de la ville. Les faits donnent raison au Président de la République. Pour trouver du travail, il suffit de traverser la rue.

Octobre 2022