FLASH INFO
Nouveaux Mantais : Faites-vous connaître par mail : contact@manteslajolie.frLe Musée de l'Hôtel-Dieu est actuellement fermé pour travaux. Réouverture prévue au 2e semestre 2018.
english flag

Culture  puce Patrimoine  puce L'église Saint Jean-Baptiste

 

L'église Saint Jean-Baptiste

L’église Saint-Jean-Baptiste, construite par les architectes Jacques Hérouard et Robert Vassy, est au cœur du quartier du Val-Fourré dont les premiers habitants arrivent à partir de 1963-64.
En 1966, une chapelle provisoire est construite à proximité, à l’emplacement actuel de la patinoire. Cette petite chapelle « des commencements » se présentait sous la forme d’une baraque de l’après-guerre et avait une capacité de 250 places. Elle connait sa première profession de Foi en juin 1966, puis plus tard, sa première communion en juin 1968. C’est à cette même période que l’on commence à couler le béton pour ériger l’église Saint-Jean-Baptiste que l’on connait aujourd’hui. En mars 1969, les fondations de ce que sera la future église sont posées. Le 5 mai 1969, l’église commence à sortir de terre. La première messe eut lieu le 26 septembre 1969.
Le 13 décembre 1969, l’église Saint-Jean-Baptiste est consacrée et bénie par Monseigneur Simonneaux, évêque de Versailles, qui déclare « Ici on se rappelle que Jésus est né à Bethléem, et c’est le dépouillement ». La construction de celle-ci a été financée par des souscriptions auxquelles ont participé les catholiques de Gassicourt.

 



A la veille de l’An 2000, le 06 avril 1999 le presbytère et les bureaux qui occupaient depuis près de 30 ans le « 6 de la rue Jules Verne » sont transférés dans l’aile nord de l’église. Ce presbytère construit plus tardivement présente une architecture très semblable à celle de l’église.
L’église est conçue sur un plan simple et très efficace. Elle est composée d’une nef unique, d’un chœur légèrement surélevé et éclairé par une fenêtre zénithale formant puits de lumière. Un petit oratoire lui est adjacent. La toiture à combles inversés repose sur une charpente de bois en lamellé collé dont les poutres dépassent en extérieur.
Cette église paroissiale est aujourd’hui fréquentée par plusieurs groupes de paroissiens dont des Portugais, des Sri Lankais et des ressortissants de plusieurs pays africains. On remarque dans cet édifice cultuel, 3 visages pour Notre-Dame : Notre-Dame de Fatima, Notre-Dame d’Afrique (voir photo) et Notre-Dame de Velankanni (Inde).
On constate bien souvent que l’église fait salle comble lors des grandes cérémonies. L’église Saint-Jean-Baptiste est une église vivante, qui participe et organise de nombreuses manifestions et qui est témoin de grandes rencontres. Parmi les grands évènements que connaitra l’église on peut citer les messes télévisées pour l’émission Le Jour du Seigneur, le 20 février 1994 et le 27 avril 2003, une grande fête tamoule le 28 septembre 1997, ou encore la fête des Adieux le 15 octobre 2000 et aussi les messes des communautés chaque année, une journée interculturelle en février 2009, les processions organisées avec la communauté portugaise ou la communauté tamoule.
L’église Saint-Jean-Baptiste participe également aux rencontres Islamo-Chrétiennes. Ainsi, lors de la construction de la grande mosquée de Mantes-la-Jolie, en 1980, la paroisse soutient ce projet et ouvre ses locaux aux responsables musulmans travaillant les plans de la construction. En 1985, l’église participe également au Relais Maghreb. Des rencontres chrétiens-musulmans ont eu lieu à l’Agora du 26 février au 3 mars 2000. Depuis des réunions régulières ont lieu alternativement à l’église Saint Jean-Baptiste et à la Grande Mosquée, notamment dans le cadre de la semaine européenne de rencontres organisée par le Groupe d’Amitié Islamo-Chrétien (GAIC), créé en 1993.
Les salles de réunions situées en sous-sol ouvrent aussi leurs portes pour des accueils familiaux, des réunions du quartier. Enfin, cette église s’ouvre aussi sur un parvis depuis lequel il était prévu une chaire pour prêcher en extérieur. Sur le plan-masse de la ZUP du Val-Fourré (années 1958-1960 ; R. Lopez urbaniste), l’église n’était pas programmée mais à sa place une salle de spectacles, de loisirs ou polyvalente aux formes spectaculaires.

 

haut de page

SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ SUR...