FLASH INFO
Nouveaux Mantais : Faites-vous connaître par mail : contact@manteslajolie.frLe Musée de l'Hôtel-Dieu est actuellement fermé pour travaux. Réouverture prévue au 2e semestre 2018.
english flag

Culture  puce Patrimoine  puce Le centre d'art Abel-Lauvray

 

Le Centre d'Art Abel-Lauvray

« Le couvent des Cordeliers se situait extra-muros sur la commune de Mantes-la-Ville. Il aurait été établi par Saint Louis en 1229, selon les chroniqueurs du XVIIIe siècle. Il profita largement des faveurs des rois de France qui lui octroyèrent de nombreux privilèges : décharges de tous ports, péages, subsides et impôts « mis et à mettre sur toutes et chacune des provisions que lesdits religieux […] feront amener et conduire en leurs couvents, tant bleds, vins, poisson salé et toutes provisions à eux nécessaires » [Arch. Dép. des Yvelines, 29H1].



Comme la plupart des ordres mendiants apparus au XIIIe siècle, il s’était implanté en périphérie de la ville. La gravure de Chastillon et le dessin de la collection Lallemant de Betz conservés à la BNF nous montrent son emplacement et ce que pouvait être son élévation qui d’après Millin, « est de peu d’apparence ». au cours des siècles, tantôt enrichi par les testaments et les dons des seigneurs locaux, tantôt endommagé, il servit de carrière improvisée pour consolider les fortifications de la ville en 1375.
Lors de la vente des biens nationaux, un procès-verbal du 17 mai 1790 présente un inventaire des biens mobiliers et immobiliers du couvent [Arch. Dép. des Yvelines, 3 Q44]. A cette époque, il comprend deux ailes de bâtiments à deux étages :

- le rez-de-chaussée : une infirmerie, une petite salle, une cuisine, une dépendance, le réfectoire, la sacristie, un grand bucher et une écurie.
- le premier étage : plusieurs chambres, deux petites de domestiques et un petit grenier
- le second étage : dix chambres dont huit avec cheminées et un petit garde-meuble.



Nous possédons peu d’éléments sur l’église. Le chœur était séparé de la nef par une grille en fer et il disposait d’une porte pour accéder au cloître que Millin estime « petit ». En haut du clos de ce couvent, se dressait une chapelle, dédiée à saint Bonaventure et qui, selon la tradition, aurait été la cellule du saint homme en 1245. Elle aurait été reconstruite en 1699.
Altéré par le manque d’entretien des propriétaires successifs, le couvent des Cordeliers est acquis par la Ville de Mantes-la-Jolie vers 1960, et la promenade portant son nom est établie dans une partie du clos. Le dernier bâtiment encore existant, mais entièrement remanié, accueille le centre d’art Abel-Lauvray du nom du peintre ».

Texte ci-dessus rédigé par Hélène François, archéologue et Sylvie Bergougnoux, animatrice du patrimoine, [Somogy, 2000].
Saint Bonaventure (1221-1274)
Théologien italien, cardinal et légat du pape. Une lettre écrite à la prière de saint Bonaventure pour recommander le couvent à la commune de Mantes a été copiée et confirmée en 1636 par François de Gonzague. [Arch. Dép. des Yvelines, 29 H 1].

 

Abel Lauvray (1870-1950)
Abel Lauvray, enfant, demeure occasionnellement à Vétheuil lorsque Claude Monet vient s’y installer. En le regardant travailler, il apprit l’essentiel de son art. En 1893, Monet peint la Seine de Vétheuil à Mantes, sur un bateau-atelier qui cèdera ensuite à Lauvray. On évalue à 1500 toiles environ, l’œuvre de Lauvray sur 60 ans de vie picturale active. Il avait une grande propriété à Mantes, dans le jardin de laquelle il installa son atelier. Ce dernier brûla sous l’Occupation allemande.

²Protection au titre des Monuments historiques :
Le site de la promenade des Cordeliers est classé au titre des sites le 28 août 1945

²Informations pratiques :
Centre d’art Abel-Lauvray

1, quai de Vaucouleurs
78 200 Mantes-la-Jolie
Tél. : 01.34.77.30.13

²Bibliographie :
- Tourisme en Mantois, GREM, 1996, p. 57
- Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville , « Les établissements monastiques » par H. François, S. Bergougnoux, Somogy, Paris, 2000. pp. 67-69

haut de page

SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ SUR...