FLASH INFO
Des travaux sont en cours place Saint Maclou, sur la route pavée reliant la rue Nationale à la place du Marché au Blé. Des panneaux de déviation sont mis en place. Les travaux devraient durer jusqu'au 12 novembre
english flag

Cadre de Vie  puce Découvrir Mantes

 

Découvrir Mantes-la-Jolie


Avec 44 000 habitants, Mantes-la-Jolie est la troisième ville des Yvelines, à l’ouest de l’Île-de-France. Elle est aussi la ville centre de la Communauté d’agglomération de Mantes en Yvelines, qui regroupe plus de 100 000 habitants. Située aux portes du Parc naturel régional du Vexin Français, Mantes-la-Jolie illustre magistralement l’expression « une ville à la campagne ».



À l’est, le centre historique est dominé par la Collégiale Notre-Dame. Au centre, le quartier-village de Gassicourt propose un habitat pavillonnaire de qualité, autour du centre ancien symbolisé par l’église Sainte-Anne. À l’ouest, le quartier du Val Fourré, réalisé dans les années 1960 et 1970, n’en finit plus de se métamorphoser.
La ville a su se débarrasser des clichés et des a priori et initier une dynamique qui porte ses fruits. Aujourd’hui, elle suscite à nouveau l’enthousiasme des observateurs, des partenaires et des nouveaux habitants.

haut de page

Histoire de Mantes-la-Jolie


Quelle est l'origine du nom Mantes-la-Jolie ?


Vous ne connaissez pas encore la région ? Sachez qu’il existe deux Mantes. Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville, deux communes distinctes séparées par la voie de chemin de fer. La dénomination officielle de Mantes-la-Jolie a été adoptée en 1953. Elle fait référence à une lettre expédiée par le roi Henri IV à Gabrielle d’Estrées sa maîtresse, résidant à Mantes : « Je suis à Mantes, ma Jolie… »



Obtenez plus d'information sur :
Mantes-la-Jolie à travers les siècles, cliquez ici
Mantes-la-Jolie ville fortifiée, cliquez ici
Les vestiges des fortifications de la ville, cliquez ici

haut de page

Mantes-la-Jolie "Ville Royale"


Depuis fin 2006, Mantes-la-Jolie figure au rang des « Villes royales », au même titre que Versailles, Rambouillet ou Saint-Germain-en-Laye. Un label décerné par le Comité Départemental du Tourisme. L’histoire de la ville est en effet liée à celle des rois de France. Le Comté de Mantes fut réuni au domaine royal par Louis VI Le Gros. Après avoir vaincu son frère Philippe, il prit la ville d’assaut, aidé par les habitants. En récompense, il octroya aux Mantais une charte communale en 1110. Philippe Auguste mourut à Mantes en 1223. Blanche de Castille et son fils le roi Louis IX, firent à Mantes de longs séjours. Plus tard, Henri IV y rencontra sa favorite, Gabrielle d’Estrées.

haut de page

La seconde Guerre Mondiale à Mantes-la-Jolie


La ville a longtemps profité de son statut de carrefour entre la Normandie et l’Île-de-France. Pendant la seconde guerre mondiale, cette position a fait de Mantes une cible stratégique. Dès le 13 juin 1940, les armées allemandes occupent la ville. Attaquée par les airs une bonne cinquantaine de fois, elle subit un pilonnage intensif, notamment le 30 mai 1944. Quand l’armée de Patton libère la ville, le 19 août 1944, le bilan est lourd. Les victimes se comptent par centaines et les dégâts sont considérables.

haut de page

Mantes-la-Jolie en plein essor : la reconstruction et le quartier du Val Fourré


La reconstruction rapide de bâtiments publics et d’immeubles offre à la ville un nouveau visage. Le boom économique des trente glorieuses va la transformer radicalement.
Un nouveau quartier, le Val Fourré, est aménagé à l’emplacement d’un aérodrome mais cet urbanisme dense et inadapté, conjugué à la crise économique et à l’envolée du chômage, va accentuer la dérive du quartier.

Au début des années 90, « la plus grande ZUP de France » affiche son malaise.



haut de page

Le temps des grands travaux à Mantes-la-Jolie


Depuis le milieu des années 90, une série d’interventions massives soutenues par l’État ont métamorphosé le quartier du Val Fourré. Il ne s’agit pas uniquement de destruction de tours. Les aménagements programmés, les reconstructions harmonieuses, la résidentialisation (séparation des espaces publics et privés) ainsi que l’amélioration systématique du cadre de vie des habitants (l'éclairage par exemple) sont un saut qualitatif apprécié d’abord par les habitants eux-mêmes.



haut de page

L'Opération d'Intérêt National Seine Aval


L’Opération d’Intérêt National (OIN) lancée en 2006, est l’application des principes qui ont fonctionné au Val Fourré mais à une plus grande échelle, la Seine Aval, de Bonnières-sur-Seine à Conflans-Sainte Honorine. En tant que troisième ville du département, Mantes-la-Jolie a naturellement un rôle primordial à jouer dans ce formidable vecteur de croissance et d’attractivité.

haut de page

SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ SUR...